Le numéro du 20 Aout du magazine Le Point (Palmarès 2015 des hôpitaux : le drame de l'anorexie http://www.lepoint.fr/tiny/1-1957942 via @LePoint) propose pour la première fois dans son palmarès des hôpitaux 2015 un focus sur les services accueillant des patients souffrant d’anorexie mentale ou de boulimie. L’article est documenté, précis et intéressant, mettant en lumière ces pathologies complexes et la forte nécessité de soins adaptés. L’AFDAS-TCA a pu aider l’auteur de cette revue (Mr Vincent) à mieux cerner les problèmes spécifiques à la reconnaissance et la prise en charge des troubles alimentaires en France pour la rédaction de cet article.

Le palmarès du Point se base essentiellement sur des banques de données nationales (PMSI RIM-P) et a donc cité l’existence de 324 centres prenant en charge des TCA en France. Nous proposons à l’AFDAS-TCA un recensement bien différent (153 centres spécialisés), ce qui est d’ailleurs évoqué dans l’article. Cette différence doit être expliquée ,car l’existence de plus de 300 centres pourrait faire penser qu’il existe en France une offre des soins conséquente pour les patients souffrant de troubles alimentaires alors que les associations de patients et de familles ainsi que les professionnels alertent depuis des années les pouvoirs publics sur la carence dans notre pays d’une offre de soins spécialisés pluridisciplinaires adaptée pour les patients souffrant d’anorexie et de boulimie.

Les 324 centres recensés sont des centres hospitaliers « ayant accueilli des patients souffrant de ces troubles en 2014 en France », sans que les données utilisées puissent permettre l’identification d’une compétence particulière liée à ces prises en charges, ni qu’elles puissent informer sur le nombre de patients concernés. Certains centres cités dans le palmarès des centres dit « spécialisés » exposés par le point ne disposent pas, à la connaissance de l’AFDAS-TCA, d’activité spécifique autour des TCA, mais apparaissent vraisemblablement de manière artéfactuelle du fait de leur taille (plus le centre est important, plus facilement on repérera un diagnostic de trouble alimentaire). L’AFDAS-TCA a édité sur son site un annuaire la liste des 153 équipes déclarant prendre en charge des patients souffrants de TCA et offrant des soins spécialisés, ce qui ne ne préjuge en rien d’une « spécialisation » des équipes (nous ne donnons pas un label, mais nous appuyons sur du déclaratif).

Conscients de la nécessité de pouvoir mieux identifier, structurer et organiser la filière de soin l’ AFDAS-TCA  travaille en collaboration avec la DGOS à l’élaboration d’une enquête qui permettra d’objectiver de manière encore plus pertinente les ressources nationales et les manques.    

Nous espérons à partir de ce travail qualitatif croisé avec les données du PMSI et de la RIM-P pouvoir développer une offre de soin qui aujourd’hui fait défaut à de nombreux patients et de nombreuses familles.