Ce que l'on sait : On a peu accès au vécu subjectif des adolescents notamment par rapport à la façon dont ils perçoivent les soins proposés pour la prise en charge de l’anorexie mentale.

Ce que l'on apprend : Le travail groupal, autour de la famille et particulièrement de la fratrie mais aussi avec les pairs a un impact important sur l’implication des adolescents dans les soins.

Ce que cela change : La littérature qualitative nous permet d’accéder à des données étendues sur le sujet et souligne l’importance de s’appuyer sur les motivations intimes des patients pour améliorer les soins.

Référence: J.Bezance & J.Holliday. Adolescents with Anorexia Nervosa have their say: a review of qualitative studies on treatment and recovery from anorexia nervosa. Eur.Eat.Disorders Rev. 21 (2013) 352-360 DOI:10.1002/erv2239

 

Louise Avenet Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.