Ce que l’on sait : Moins de flexibilité mentale (difficulté à changer de règles en cours de raisonnement) caractérise l’anorexie, et pourrait expliquer une faible réponse au traitement. 

Ce que l’on apprend : 20 adolescents souffrant d’anorexie ont donc reçu 7 à 12 séances de remédiation cognitive de 45 minutes, pour améliorer flexibilité mentale et cohérence interne

Ce que ça change : On note une franche amélioration de la manière dont les patients traitent l’information (plus ouverte et souple) avec un gain parallèle et significatif d’un point au BMI.

Référence : Lindvall Dahlgren C, Inge Landri N, Ri Ø (2013) Neuropsychological Functioning in Adolescents with Anorexia Nervosa Before and After Cognitive Remediation Therapy: A Feasibility Trial. Int J Eat Disord 2013. 

Lien : http://www.ncbi.nlm.nih.gov.gate2.inist.fr/pubmed/23828636 

Philip Gorwood Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.