Ce que l'on sait : Le caractère compulsif de l'activité physique dans l’anorexie mentale (besoin impérieux de bouger et/ou l'impossibilité de rester immobile) demeure mal exploré.

Ce que l'on apprend : L'Activité Physique Compulsive est associée à un plus haut niveau de pathologie alimentaire chez les patientes anorexiques, indépendamment d'anxiété et dénutrition. 

Ce que cela change : L'Activité Physique Compulsive pourrait être un facteur de sévérité, peut être liée à des neuropeptides tels la leptine, qu'il serait intéressant d'explorer dans de futures études

Références: Sterheim, Danner, Adan, Van Elburg - 2014 - International Journal of Eating Disorders - à paraître en juin 2014

Aurore GUY RUBIN - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.