Ce que l’on sait : L’hyperactivité physique est fréquemment associée à l’anorexie mentale (de 31 à 80%), cela pouvant être partiellement expliqué par les nombreuses définitions retrouvées dans la littérature.

Ce que l’on apprend : La prévalence d’une activité physique problématique dans l’anorexie varie de 5 à 54% selon les critères utilisés pour la définir. Quand on considère sa durée et son caractère compulsif, elle est associée à plus de facteurs de risque.  

Ce que ça change : Selon les critères principaux la définissant dans l’anorexie, l’activité physique problématique n’est pas associée aux mêmes prévalences ou facteurs de risque donc en trouver une définition consensuelle valide est primordial. 

 

Références : Rizk M, Lalanne C, Berthoz S, Kern L, EVHAN Group, Godart N (2015) Problematic Exercise in Anorexia Nervosa: Testing Potential Risk Factors against Different Definitions. PLoS ONE 10 (11): e0143352. doi:10.1371/journal.pone.0143352

Hanna Hatteea : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.