Ce que l’on sait : les perturbations comportementales retrouvées dans la boulimie sont en partie sous tendues par des dysrégulations cérébrales préfrontales.

Ce qu’on apprend : la stimulation du cortex préfrontal droit par une technique de neuromodulation périphérique non invasive améliore les cognitions et les capacités de contrôles alimentaires.

Ce que ca change : A terme des protocoles de neuromodulations périphériques pourraient être développés dans les soins de la boulimie. 

Référence : Kekic M et al. (2017) Single- Session Transcranial Direct Current Stimulation Temporarily Improves Symptoms, Mood, and Self- Regulatory Control in Bulimia Nervosa: A Randomised Controlled Trial. PLoS ONE 12(1): e0167606. doi:10.1371/journal.pone.0167606

Sébastien Guillaume CHU Montpellier - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.